Editions:  Austria · Denmark · France · Germany · Italy · Norway · Spain · Sweden · Switzerland
Advertisement

23-29 Avril 2005

Share this article

16:55 CEST+02:00
Les enfants réfugiés demandeurs d'asile ne seront pas expulsés - jusqu'à nouvel ordre tout du moins. C'est ce qu'a annoncé le bureau suédois de la migration après publication d'un rapport de gouvernement soulignant le caractère unique et particulièrement dramatique de la situation en Suède.

Plusieurs centaines d'enfants, originaires principalement de pays anciennement soviétiques, et demandeurs d'asile en Suède étaient jusqu'à maintenant menacés d'expulsion. Ce qui rend la situation exceptionnelle c'est la dégradation de l'état physique et psychologique des enfants : beaucoup sont tombés malades, ont arrêté de se nourrir, ou même de parler.

Ce phénomène est devenu une énigme pour les autorités du pays qui se sont questionné sur le rôle du processus suédois de demande d'asile sur la condition des enfants. Au début du mois d'avril le Parlement avait refusé de donner des autorisations permanentes de résidence aux enfants. C'est pourquoi la décision prise vendredi par le bureau de la migration constitue un changement important de position des autorités et évidemment un soulagement pour les enfants malades.

En plus du rapport de gouvernement mentionné plus haut, l'intervention du roi Carl Gustav - dénonçant mardi la situation terrible de ces enfants- a peut être aussi eut quelque impact sur ce revirement. Quant aux estimations générales de demandeurs d'asile en Suède, les dernières prévisions du bureau de la migration, indiquent une diminution de presque 20% cette année.

En fait plusieurs événements cette semaine sont marqués par le changement. Par exemple ce revirement de justice sur l'affaire du restaurant de Stockholm dont un couple de lesbiennes avait été prié de s'en aller après s'être embrassé à table. Une Cour d'Appel a jugé que le restaurateur était coupable de discrimination et l'a condamné à verser 50 000 couronnes suédoises (presque 5500 euros) de dommages- intérêts au couple.

La société suédoise évolue comme l'illustre cette jurisprudence résolument moderne. Le projet de réforme de la radio publique en est un autre exemple. Ainsi la radio publique suédoise est en train de considérer l'opportunité de remplacer ses programmes de musique classique par de nouveaux programmes en vue d'attirer un public plus nombreux et plus jeune. En réalité cette idée s'inscrit dans un projet plus vaste de réduction des coûts qui comporterait une diminution du nombre du personnel mais aussi une recherche supplémentaire en progrès technologique pour certains services.

Une autre réforme qui pourrait changer sensiblement la vie des suédois était discutée cette semaine dans le quotidien Dagens Nyheter. Le journal appelait le gouvernement a reconsidérer le système actuel de l'impôt progressif sur le revenu en vue de le remplacer par un impôt a taux unique pour tous, fixé indépendamment du niveau des ressources.

Une telle modification du système d'imposition serait lourde de conséquences pour les suédois, et si elle est envisagée plus concrètement, cela débouchera probablement sur un débat national.

Enfin pour noter un signe suplémentaire du changement de la société suédoise: le soutien populaire en faveur du Parti Social Démocrate est en net recul. Le dernier sondage en date attribue à l'opposition de centre-droit une avance de 10 points sur la coalition gouvernementale du Parti Social Démocrate et de ses alliés.

Cette modification du paysage politique suédois se traduirait certainement par une défaite du PSD si des élections avaient lieu dès maintenant, et par conséquent, par une évolution en profondeur de la vie suédoise.

Celia Pascaud

Get notified about breaking news on The Local

Share this article

Advertisement
Advertisement
Advertisement
Jobs
Click here to start your job search
Advertisement
Advertisement

Popular articles

Advertisement
Advertisement